Credit photo Jacques Lebleu
Sylvain Bigras, est né à Laval-des-Rapides en 1961, se distingue avec ses œuvres principalement peintes. Sa liberté de création, son originalité et son monde imaginaire sont associés à sa vision métaphorique de l’être humain et de ce qui l’entoure. L’assemblage et l’imbrication de plans colorés, de lignes et de formes incitent le spectateur à découvrir un univers rempli de vitalité.
Au cours de sa carrière, Sylvain s’est intéressé au travail du bois et à la peinture à l’huile bien que ses œuvres récentes soient à l’acrylique sur toile, papier et panneau de bois. Passant par la réalisation de sculptures et de plaques murales à la création de bijoux, il a affectionné la découpe du matériau en des formes singulières. En approfondissant ses connaissances sur la couleur, il a poursuivi des recherches sur la peinture à l’huile et ses composés chimiques pour en élaborer sa fabrication. D’ailleurs, il a présenté une conférence sur ce sujet à l’Université de Québec à Montréal.
Plus d’une exposition ont été réalisées aux galeries Espace Robert Poulin, d’Este, Han Art, Elca London et de Richard Audet au Chat des artistes. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées dont celles de la banque d’œuvres du Conseil des arts du Canada ainsi que du prêt d’œuvres du Musée national des beaux-arts du Québec. Adolescent, il a suivi des ateliers avec le Frère Jérôme. Par la suite, il a entrepris des études en graphisme et a terminé une formation universitaire en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal.

texte
Au quotidien​​​​​​​
La poésie demeure un propos central dans l’œuvre de Sylvain .La précarité de l’existence d’une forme qui émerge dans l’univers du tableau, la mise en relation de différents éléments hybrides qui forment un tout cohérent malgré leur association surprenante donne un caractère émouvant au tableau.
La pensée du spectateur peut faire son chemin à travers les fumentos qui assurent les transitions entre les continents formels.
L’enjeu du récit pictural devient parfois celui de la confiance entre l’artiste et le spectateur. Plus Sylvain avance dans son art , plus ses tableaux semblent exprimer leur propos esthétique simplement;un peu comme si le charme des rituels simples de l’intimité du quotidien les habitait et devenait plus propice à l’expression des fables intérieures.
L’élaboration d’une production devient pour la pensé artistique le théâtre de toute une mise en scène des rêves, des idéations,des ambitions sans cesse ramenées sur les rives de la réflexion des nouveaux enjeux de la peinture. C,est une quête d’actualisation du potentiel de l’être et de la matière,une recherche du dépassement des clichés et des évidences .Sylvain déploie toute son ingéniosité pour ne pas se lasser et risquer de devenir trop prévisible.
Le tableau vert au rhinocéros, peint en 1990, représente une course. Mi animal mi humaine, ces formes abstraites raconte leurs façons de coexisté a travers les ligne et plages coloré dans l’espace du tableau.
Laurence Bessard
Back to Top